Crises Sur Crises

Crises sur crises

Les mamans et les enfants s'évanouissent

Crises sur crises

Misère sur misère

Mes amis, il n’y a pas de paix sur notre terre

Les mères sont en crise; nous souffrons tous

Trop de chaos, trop de catastrophes dans ce pays

Souffrance sur souffrance

Trop de crimes à résoudre et à craquer à outrance

Poètes, écrivains, artistes et journalistes, prenez des stylos

Pinceaux, crayons et microphones. C'est logique. Il n’est pas tard

Ce n’est pas un film. Des choses sérieuses n’arrivent pas au hasard

Ce printemps est universel et précoce

Tout le monde doit saisir quelque chose

Pour défendre la patrie

Pour protéger le pays

Pour préserver la mémoire de nos Héros

Pour sauver le peuple, la terre et le berceau

Crises sur crises

Le pays n'est pas une maison d’affaires

Nous devons respecter nos frères

Et nos sœurs qui sont farouchement miséreux et inassouvis

Dans un pays où les rats domestiques trahissent

Les souris des antichambres. C'est une mauvaise chose

Nos ancêtres sont très malheureux où ils se reposent

Non, ils ne sont pas morts, mais leurs os

Nous entendent. Et ils sont blessés par les tons laids

De la saison. Nos gens en ont assez et ne sont pas en paix

Il y a trop d'armes à feu dans les rues. Nos gens vivent dans un étau

Et ont peur d'être kidnappés à cause de l’éternelle insécurité

Qui crache la mort et la misère. Nous sommes fatigués

De voir tant de corruption et tant de politiciens avariés

Policiers criminels, citoyens antipatriotiques et meurtriers

Oui, ici-bas, il existe trop d'hypocrites et de faux voisins

Nous en avons marre de tant de fous magiciens

Qui se moquent de nous et nous parlent de gâchis et de déchets

Trop de ravisseurs, trop de crimes et de méchants niais

Qui sèment la mort, la haine et la terreur dans notre nation

Nous sommes fatigués de tant de mensonges, de corruptions

Et de prostitutions. Il semble qu'il n'y ait aucun espoir

Oh! Frères, nous nous sentons tous crucifiés et jetés dans l’entonnoir

Personne n'est en paix. Oui, nous nous plaignons

Nous sommes fatigués de ces sangsues qui n’ont rien bon

Dans leurs têtes, malheureusement ils sont en charge, au pouvoir

Tout dépend de nous. Nous devons serrer les poings et élever la voix

Contre tous les brigandeaux criminels. Oui, nous avons des choix

Nous devons lutter contre la haine, le schisme, la violence et l’effroi

Nous devons nous battre et voter pour ceux qui aiment notre contrée

Et nos gens. Nous devons pratiquer la solidarité et la fraternité

Unis, nous sommes forts

Divisés, nous avons tort

Crions tous et répétons à nouveau ce slogan

Encore et encore comme un joli refrain.

 

P.S. C’est une traduction du poème : ‘Crises Upon Crises’

Par Hébert Logerie

 

Copyright © Mars 2021, Hébert Logerie, Tous droits réservés.

Hébert Logerie est l'auteur de plusieurs recueils de poèmes.

 

This poem is about: 
My country
Our world

Comments

Need to talk?

If you ever need help or support, we trust CrisisTextline.org for people dealing with depression. Text HOME to 741741